ASSOCIATION “SAUVONS LA MATHILDE”

                                   COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU 16 MAI 2019

IMG_5169

L’assemblée générale annuelle de l’association “Sauvons La Mathilde” est fixée au 16 Mai 2019 à 18 heures, à la Maison de Quartier du Cabot, Boulevard des Alisiers.

La réunion est ouverte à 18 heures 20 après réception des adhérents et des intervenants, devant une salle pleine.

 

                                                                      RAPPORT MORAL 2018

Le rapport moral 2018 est présenté par la présidente de l’association, Martine Cros, assistée de Cédric Jouve.

Cette année écoulée a été marquée par :

1 – Des réunions régulières structurant la vie de notre association

  • Cinq réunions du Conseil d’Administration de Sauvons La Mathilde;
  • Douze réunions avec l’ensemble des membres du Collectif Anti-Nuisances BUS.

2 – Des actions générales de communication

  • Avec le Collectif, sortie de deux numéros de notre journal “Respire!” en avril et décembre 2018;
  • Lancement du site web http://collectif-canbus.org réalisé par Cédric Jouve, membre du CA de Sauvons La Mathilde;
  • Sur les réseaux sociaux lancement de pages Facebook et Twitter pour soutenir la stratégie de communication et d’influence de CAN BUS;
  • Avec CAN BUS, envoi de communiqués de presse et relation Presse par réseau direct, ayant aboutis à la parution de plusieurs articles dans la presse régionale et à l’organisation de plusieurs interviews sur des radios locales.

3 – Des actions de sensibilisation pour les établissements scolaires

  • Action spécifique sur le lycée Jean Perrin le 05 octobre 2018 lors d’une rencontre avec des professeurs sur la pollution de l’air, les nuisances sonores et la sécurisation de la traversée du BUS par les élèves au sortir du tunnel d’Auchan (seul un feu rouge à bouton poussoir est prévu pour l’instant!);
  • Information des parents, des enseignants et des élèves des établissements scolaires situés à proximité du BUS et impactés par lui;
  • Création et distribution d’un tract : La santé et la sécurité de nos enfants sont mises en danger par le BUS;
  • Action spécifique sur le Collège Sylvain Menu particulièrement impacté : rencontre avec le Principal, des enseignants et les représentants des parents d’élèves.

 4 – Marche du 03 juin 2018

Avec le collectif CAN BUS, à pied ou en vélo, le long du parcours du BUS depuis le rond-point Jourdan Barry jusqu’au Parc de la Mathilde et conclu par un pique-nique, avec fanfare, dans les jardins familiaux de Mazargues.

5 – Actions auprès du Tribunal Administratif

  • Rappel : Déclaration d’Utilité Publique du BUS prononcée par le Préfet le 08 septembre 2016. Recours gracieux adressé au préfet par CAN BUS en décembre 2016. En l’absence de réponse du préfet, Recours pour Excès de Pouvoir déposé le 17 février 2017 auprès du Tribunal Administratif de Marseille.
  • Relance du Tribunal Administratif le 17 mars 2018.
  • Après réception des mémoires en défense de la Métropole et du Préfet, envoi au Tribunal des mémoires en réplique.
  • Envoi de mémoires complémentaires en juin et octobre 2018.

6 – Actions relatives à la qualité de l’air à Marseille et dans la Métropole

  • L’absence de vrai plan de protection de l’atmosphère (PPA) dans la Métropole nous a amené à questionner par courriers la Présidente du Département et de la Métropole, Martine Vassal.
  • Lien avec CAN L2 (devenu CAN Environnement), spécialiste des questions de pollution de l’air, membre du bureau de Air PACA (devenu AtmoSud) organisme régional officiel pour la mesure et le suivi de la qualité de l’air.

7 – Election d’un membre de SLM au Conseil d’administration de FNE13 (mars 2018)

  • France Nature Environnement 13 (FNE13) est une association reconnue d’intérêt général, fédérant 39 associations de protection de l’environnement dans les Bouches du Rhône. Elle est l’interlocuteur des pouvoir publics.
  • Cela nous a permis de participer à la rédaction de la plate-forme inter associative portée par FNE13 “Des alternatives au tout routier pour mieux respirer et mieux vivre dans la Métropole Aix-Marseille-Provence”, dans le cadre de l’enquête publique sur le Plan de Déplacement Urbain (PDU) de la Métropole.
  • La plate-forme demande de revoir la conception du BUS afin de ne pas détruire les espaces verts et favoriser les transports en commun et les modes de transport doux.

8 – Participation au recours collectif auprès du Conseil d’Etat pour la qualité de l’air

Par arrêt du 12/07/2017, le Conseil d’Etat fait droit à la requête de l’ONG “Les Amis de la Terre” et enjoint au gouvernement de “prendre toutes les mesures nécessaires pour que soit élaboré et mis en oeuvre un plan relatif à la qualité de l’air permettant de ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules PM10 sous les valeurs limites par la directive européenne de 2008 dans le délai le plus court possible“.

Marseille fait partie des villes dans lesquelles ces seuils sont régulièrement dépassés.

En 2018, l’ONG demande par voie de recours au Conseil d’Etat de constater que le gouvernement n’a pas exécuté sa décision, puisqu’il n’a pas révisé ses plans de protection de l’atmosphère et de prononcer une astreinte d’office.

IMG_5170

                                                              RAPPORT FINANCIER 2018

Le rapport financier de l’exercice 2018 est présenté par le Trésorier de l’association, Patrick Guez.

Au 01/01/2018, le solde créditeur du compte bancaire s’établissait à 4 872 €; en fin d’exercice au 31/12/2018, ce solde demeure créditeur à 5 942 €.

Le compte Paypal passe quand à lui de 45 € au 01/01/2018 à 33 € le 31/12/2018.

Au crédit, se trouvent les cotisations et les participations des autres associations du collectif CANBUS aux frais engagés par “Sauvons La Mathilde” pour les actions de communication (journal “Respire!” et tee shirts).

Au débit :

  • les frais d’adhésion à FNE13, au Collectif anti-nuisances L2, au recours collectif auprès du Conseil d’Etat pour la révision du Plan de Protection de l’Atmosphère,
  • les frais de communication (impression journal, affiches, tee shirts, etc…)

Le détail de ce rapport financier est disponible sur notre site internet.

Le trésorier annonce que le cap des 200 adhérents vient d’être franchi.

Il est ensuite passé au vote :

Le rapport financier 2018 est approuvé à l’unanimité des présents et représentés.

IMG_5161

                                                                 PERSPECTIVES 2019

1 – Poursuivre et amplifier notre mobilisation

  • Mettre en évidence les effets néfastes d’une politique d’aménagement urbain qui favorise le tout-voiture pour faire prendre conscience aux habitants des quartiers concernés du problème de santé publique que représente la pollution de l’air.

2 – Appel de la décision de rejet de notre recours contre la Déclaration d’Utilité Publique du BUS

  • Le jugement du Tribunal Administratif du 14 mars 2019 nous est défavorable.
  • Nous avons décidé d’aller en appel car ce jugement nous semble insuffisamment motivé et de plus contradictoire avec le jugement rendu le même jour par le même tribunal pour la LINEA.
  • La procédure en appel nécessite le recours à un avocat. Nous avons choisi Maître Benoît Candon.
  • Comme pour le recours initial, SOS Nature Sud porte notre appel au nom du Collectif CAN BUS.
  • La trésorerie constituée par l’association va permettre de supporter une partie des frais d’honoraires de l’avocat.

3 – Poursuite de notre politique de communication dans les média

  • Intervention dans l’émission de radio RCF le 04 mars 2019; émission “Demain le Terre”; sujet “Se déplacer dans Marseille : jusqu’à quand le règne de la voiture?”
  • Présence de “La Provence” à notre assemblée générale.

4 – Participation à la Fête de la Nature le 25 mai dans les jardins familiaux de Mazargues

  • Avec le collectif CAN BUS, dans les jardins 67 chemin Joseph Aiguier.

5 – Organisation de la Fête des Pins le 15 juin

  • Avec le collectif CAN BUS, dans la pinède du Roy d’Espagne vouée à la destruction par le BUS.

6 – Participation aux actions pour une mobilité durable sur le Littoral Sud

  • Avec le collectif Mars Mob, parce que l’engorgement intolérable de la zone Pointe-Rouge / Callelongue va être encore amplifié par la création du BUS.

7 – Préparation du congrès UICN

  • L’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) organise son congrès du 11 au 19 juin 2020 à Marseille.
  • Nous souhaitons faire de ce congrès la réunion des solutions pour la biodiversité. Je sais que tout le gouvernement, les territoires et toute la société française saura se mobiliser pour faire vivre une mobilisation d’ampleur en France, en Europe et dans le monde” (Nicolas Hulot)
  • Notre objectif : Faire valoir les poches de biodiversité et de nature en ville qui vont être détruites par le BUS.

IMG_5167

                                                          INTERVENTIONS – DEBAT

Ont été invités :

  • Michel Quilici, président du collectif “Poumon Vert de St Mitre, pour exposer son retour d’expérience à propos du recours gagné contre la LINEA;
  • Florian Bessières, référent Greenpace à Marseille pour la qualité de l’air, pour exposer les risques auxquels sont soumis les établissements scolaires situés à proximité des axes routiers;
  • Richard Hardouin (FNE13).

Au dernier moment, du fait de son emploi du temps très chargé, M. Royer-Perreaut, Maire de secteur des 9éme et 10éme arrondissements, a pu se libérer pour venir répondre aux questions et donner son point de vue sur le chantier du BUS et son impact sur notre quartier.

 1 – Intervention de Michel Quilici

La LINEA est un projet tout à fait comparable au BUS, projet ancien (années 60) ressorti en 2014 par le Conseil Général afin de désenclaver le nord et l’est de Marseille.

Il s’agit d’un boulevard à chaussées séparées comportant dans chaque sens : une voie pour les voitures et poids lourds, une voie pour les transports en commun, un espace réservé pour les modes doux.

De Saint Mitre à La Valentine en passant par Château Gombert, Plan de Cuques et Allauch, il coupe le réseau de voiries existant par des carrefours à feux rouges.

Ce projet présente donc exactement les mêmes travers que le BUS, coûteux, inefficace et destructeur des milieux traversés.

A la tête du collectif “Poumon vert de Saint Mitre” Michel Quilici a combattu de toute son énergie ce projet dès l’enquête publique.

Lorsque malgré les oppositions et les lacunes du dossier, en particulier relatives au traitement des risques d’inondations, la déclaration d’utilité publique a été prononcée par le Préfet, le collectif a engagé un recours en excès de pouvoir devant le Tribunal Administratif de Marseille.

Ce recours, reprenant toutes les lacunes du dossiers, a particulièrement mis l’accent sur le fait que la LINEA laissait le choix aux usagers entre la voiture et les transports en commun, n’était donc pas conforme à la politique affichée de réduction de la part de la voiture comme moyen de déplacement.

Le Tribunal Administratif l’a suivi sur ce point, y trouvant motif d’annulation de la Déclaration d’utilité publique.

2 – Intervention de Florian Bessière

Sur la base des cartes officielles de modélisation quotidienne de la pollution de l’air à Marseille établies par AtmoSud (ex Air PACA), Greenpeace a placé l’ensemble des établissements scolaires de la ville.

Il en ressort que 58 % des écoles, collèges et lycées sont situés en zones de pollution maximale de l’air (zones orange foncé à rouge de la carte), dans lesquelles sont régulièrement dépassées les limites maximales réglementaires en polluants, en particulier le dioxyde d’azote et les particules fines.

Nul n’ignore désormais que l’exposition des enfants à ces polluants a des conséquences graves sur leur santé à court terme (allergies, asthme) et à long terme (troubles respiratoires chroniques, fréquence des maladies cardiovasculaires, etc.)

On peut admettre que cette situation est le résultat des ignorances passées et qu’il convient de s’atteler à la redresser.

Par contre, on ne peut pas admettre que des projets actuels perpétuent les mêmes erreurs et aggravent une situation déjà préoccupante.

Plus précisément, il est scandaleux que le BUS tel qu’il est conçu et réalisé actuellement, impacte gravement, en ne regardant que notre quartier, plusieurs établissements scolaires majeurs : le lycée Jean Perrin, le collège Gyptis (à peine achevé!), l’école confessionnelle de l’Armande, la crèche des Alisiers et le collège Sylvain Menu.

Et nous n’oublierons pas l’aggravation des risques d’accidents corporels liée à la proximité immédiate d’une voirie de grande largeur et à forte circulation.

3 – Intervention de Richard Hardouin

FNE13 siège au conseil d’administration d’AtmoSud, officiellement en charge au niveau régional des mesures de pollution de l’air ambiant et de la modélisation en temps réel de cette dernière, en particulier sur l’aire métropolitaine.

AtmoSud est habilité à réaliser des mesures et fournir des résultats opposables au tiers et à l’administration en cas de danger ou de litige.

Mais il est bon que les associations de défense de l’environnement, membres de FNE13,  puissent réaliser à titre indicatif des mesures ponctuelles de qualité de l’air afin de détecter des problèmes locaux éventuels.

Si elles sont sérieuses et documentées ces mesures ponctuelles pourront être transmises par FNE13 à AtmoSud afin de déclencher des campagnes de mesures officielles et opposables.

Dans ce but, FNE13 va approvisionner une douzaine d’appareils de mesures qui seront prêtés autant que de besoin aux associations membres qui en feront la demande.

Cette initiative paraît particulièrement adaptée pour la réalisation de contrôles par nos soins dans les établissements scolaires et les “espaces verts” impactés par le BUS dès la mise en service de la première tranche entre Florian et Sainte Marguerite.

IMG_5172

                                                     Intervention de Monsieur Royer-Perraut

 

Dès le début de son intervention Monsieur Royer-Perreaut explique qu’il a très récemment visité les jardins familiaux dans lesquels il ne s’était pas rendu depuis très longtemps.

Il s’est dit charmé par le site et a brusquement compris que le BUS ne pouvait pas détruire ce lieu de biodiversité.

Mais laissons lui la parole, telle que recueillie et publiée par La Provence, puisque parfaitement cohérente avec son intervention devant notre assemblée :

“Lors de l’assemblée générale de Sauvons la Mathilde, jeudi dernier, vous avez semblé plus sensible aux arguments des opposants au BUS concernant le parc de la Mathilde et les jardins familiaux Joseph-Aiguier. Vous vous ravisez?

On a un problème sur la Mathilde; on a un espace vert et on a une voirie qui existe, boulevard de la Gaye, mais qui est prévue en impasse, ce qui est surprenant. J’ai donc demandé à la Métropole de réfléchir à la possibilité d’utiliser différemment ce boulevard pour réduire le gabarit du BUS à ce niveau, et donc son emprise sur le parc.

Quant aux jardins familiaux, j’y suis allé il y a quinze ans et je reconnais qu’il y a un enjeu de biodiversité qu’on ne peut pas traiter d’un revers de main en disant “Circulez, y a rien à voir”. Cela fait partie des sujets pour lesquels il faut initier une nouvelle réflexion pour chercher une solution alternative.”

 

“Ce sont des points bloquants dont vous aviez connaissance depuis longtemps …

J’entends. Mais il faut reconnaître que la commission d’enquête ne les avait pas retenus”

 

“Vous avez là aussi sollicité la Métropole ?

 Je vais le faire, mais je ne suis que le maire de secteur, je ne suis pas l’ultime décisionnaire. Je vais porter la chose mais c’est compliqué parce qu’il y a eu une enquête publique, que le projet est arrêté et que l’emprise ne pourra pas bouger. Donc il faudrait enterrer les voies. Si l’on se rangeait à une telle évolution, il faudrait une nouvelle enquête publique.”

 

“La réflexion peut-elle aussi être relancée quant à la philosophie du projet ?

En envisageant uniquement des modes de transports doux de Sainte-Marguerite à la Pointe-Rouge ?

 C’est illusoire, il y a aussi un devoir de réalisme. Bien évidemment, nous devons nous projeter sur ce que pourront être les modes de transport à quinze-vingt ans. Mais qu’on le veuille ou non, la voiture reste un moyen de transport dans les quartiers excentrés et on n’a pas le réseau de transports en commun parisien. Je suis donc favorable à un mix des usages : limiter les ruptures de charge, amener le tramway jusqu’à la Gaye avec des parkings relais, pousser la voiture électrique … Si le BUS est une nécessité, il n’a de sens que si on poursuit un maillage cohérent en modes doux.”

IMG_5163

Inutile de préciser que ces propos du maire sur la Mathilde et les jardins familiaux nous confortent dans nos convictions qui pourraient aisément être partagées par toutes personnes raisonnables.

Après la déconvenue de la décision bien décevante et surprenante du Tribunal Administratif, décision que nous attaquons, nous voilà regonflés à bloc comme au premier jour.

Nous allons nous battre de plus belle pour l’enfouissement du trafic de transit entre le chemin de Cassis et l’avenue De Lattre de Tassigny, ce qui permettra :

  • le désenclavement du secteur situé des Baumettes à Luminy qui constitue un bassin d’emplois indispensable à l’équilibre économique des quartiers Sud;
  • la sauvegarde du parc de la Mathilde, des jardins familiaux, du collège Sylvain Menu, de la crèche des Alisiers, de l’école confessionnelle de l’Armande, de la résidence Espace IX, des groupes immobiliers riverains.

Nous accueillerons avec plaisir en surface un réseau de transports en commun rénové.

Par contre, nous resterons farouchement opposés à la devise actuelle du BUS “En route vers le littoral”.

Le BUS ne peut pas et ne doit pas permettre à un flot de voitures d’envahir stupidement la zone littorale, des plages jusqu’à Callelongue, au détriment des habitants et de l’environnement.

Rien n’est gagné. “Sauvons La Mathilde” et CAN BUS ont encore beaucoup de combats à mener.

L’assemblée a été clôturée par un pot de l’amitié bien sympathique qui, au fil des années, devient traditionnel.

 

IMG_5173

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *