A l’initiative de France Nature Environnement PACA en partenariat avec les associations nationales de défense de l’environnement FNE et RAC une action symbolique a eu lieu samedi 31 mars, à Marseille. Des militants d’Alternatiba et FNE PACA ont affublé de masques des statues de la ville pour revendiquer le droit de tous à respirer un air pur.

105X150DAVID                                                                            105X150bonnmere

Communiqué de Presse du Samedi 31 Mars

Nous nous mobilisons aujourd’hui, comme dans une dizaine de villes en France, alors que la France doit remettre sa feuille de route pour baisser la pollution de l’air à la Commission européenne pour appeler à la mise en place des mesures ambitieuses et efficaces, à la hauteur d’un état d’urgence sanitaire.

 Il y a urgence mais les autorités tardent à réagir. Il faut des mesures structurelles et efficaces pour rendre les transports plus écologiques.

Située en zone dense et ayant pris du retard dans la mise en œuvre d’une politique de transports plus écologique, Marseille figure parmi les zones les plus polluées de France. A Marseille, c’est près de 1000 décès prématurés par an qui sont liés à la pollution de l’air selon une étude de l’Institut de Veille Sanitaire[1]. A noter que Marseille est parmi les villes les moins bien classées au Baromètre des villes cyclables.

Les solutions pourtant existent !

 Notre demande est simple : pouvoir respirer sans s’empoisonner.

Pour y parvenir, nous attendons des actes concrets :

 Marseille doit anticiper la sortie de énergies fossiles en planifiant et organisant au sein d’une feuille de route ambitieuse la fin des véhicules carburant au diesel et à l’essence d’ici 2025 et le développement d’alternatives dont quelques pistes sont indiquées ci-dessous :

 ·         Stopper les projets routiers (LINEA, B.U.S) qui auront pour effet d’accroitre le trafic routier et ses nuisances. Leur préférer des voies réservées aux vélos d’une part, aux bus et tramways d’autre part

·         Interdire les véhicules les plus polluants, en commençant par le transport routier de marchandises

·         Créer dès maintenant un réseau cyclable métropolitain

·         Améliorer les transports en commun, avec la création des premiers RER La Ciotat – Pertuis / Miramas

·         Mettre fin à la pollution des navires avec leur raccordement électrique à quai ou leur passage au gaz naturel

·         Diminuer le stationnement en ville et encourager l’autopartage

 Pour nous préserver et préserver nos générations futures, il n’est plus temps de questionner les moyens, il faut désormais des résultats !

France Nature Environnement PACA est la fédération régionale de France Nature Environnement. Ses 250 associations regroupent environ 15 000 bénévoles. Soucieuse de préserver la nature et l’environnement,

FNE PACA défend aussi l’humain en agissant pour l’intérêt général. Intervenant sur l’ensemble des domaines du champ du développement durable, FNE PACA s’implique dans les grands débats régionaux et porte des projets à chaque échelle de territoire. http://www.fnepaca.fr/  Facebook et Twitter (@FNEPACA)

4 thoughts on “Mobilisation citoyenne pour une politique de transports en commun sans pollution

  1. Stop arrêtez l’urbanisation de masse, nous avons besoin d’air et de nature . La végétation et les arbres sont des garants de santé.

  2. Marseille a 1/2 siècle de retard sur des villes comme Lyon ou St Etienne en matière de transports urbains et les choix qui sont faits actuellement ( BHNS entre autres) ne sont pas de nature à stopper le bruit et la pollution. On le constate avec les quelques lignes existantes (21, Jetbus, B2, B3) Une énorme erreur a été commise en 2004 avec la suppression des lignes de trolleybus qui maintenaient à Marseille un système de transport silencieux et non polluant. Les arguments « pagnolesques » de la mairie de Marseille concernant la pollution visuelle des lignes aériennes de contact n’auraient pas du peser dans la décision de suppression des trolleybus d’autant que de nombreux constructeurs proposent tous types de véhicules y compris des petits gabarits pour desservir la colline de notre dame de la Garde entre autre. Il faut également éviter les systèmes de transports trop « folkloriques » source de nombreux déboires à l’exploitation. Beaucoup de travail reste à faire à Marseille sur le sujet (réouverture de certaines lignes SNCF abandonnées comme Gardanne-Carnoules ou Aubagne-La Barque) car si l’on veut faire abandonner leur voiture aux marseillais, il faut proposer des transports de substitution attractifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *